Actualités

Journal de la cop 21 #1 : François Hollande porte-voix des revendications des petits pays insulaires

Journal de la cop 21 #1 : François Hollande  porte-voix des revendications des petits pays insulaires

 

Hier au Bourget s’est ouvert la 21ème conférence des Parties, où 150 chefs d’Etats et de gouvernement ont été accueillis par François Hollande et les ministres du gouvernement. Pour cette première journée, la France, pays hôte, avait souhaité que les plus hautes autorités des pays soient présentes pour donner une impulsion politique forte aux négociations.

Derrière les bonnes volontés communes, les premiers clivages apparaissent

Les discours des chefs d’Etats et de gouvernement étaient l’occasion de percevoir dès l’abord les positions, les revendications et les lignes rouges de chacun. La France s’est montrée ambitieuse, évoquant un réchauffement de « 2°C voire 1.5°C ». François Hollande s’est ainsi fait le porte-voix des revendications des petits pays insulaires pour lesquels un réchauffement de 2°C serait déjà fatal, alors que les pays développés n’ont en général pas fait mention de cet objectif d’1.5°C.

La question du caractère contraignant ou non du traité est également l’objet de positions différentes. Contraint par un Congrès récalcitrant, le président Obama a bien pris soin de ne pas aborder ce sujet, là où l’UE mais plus étonnamment la Chine et la Russie l’ont explicitement mentionné comme devant faire partie de l’accord.

Des nuances importantes ont aussi concernées la question du financement. Si le président Hollande a rappelé cet enjeu et souligné la nécessité de trouver des garanties, les Etats-Unis ont évoqués des promesses de dons qui paraissent bien timides face à l’objectif minimal des 100 milliards de dollars par an à partir de 2020 fixé lors des COP15 & COP16. La Chine a rappelé que les pays riches, donnant l’impression de s’exclure de cette catégorie.

Au sein du concert de chefs d’Etats et de gouvernement déterminés, le premier ministre indien a déclaré que la communauté internationale ne pouvait pas imposer la fin des énergies fossiles, alors même que les pays du Golfe ont fait en sorte que les énergies renouvelables ne figurent pas dans le texte de l’accord.

Au-delà de l’accord, des initiatives parallèles pour avancer

Des points de blocages à venir sont donc apparus, mais la négociation entre Etats n’est pas le seul centre d’intérêt de l’activité au Bourget :

  • avec d’autres chefs d’Etat, la Banque Mondiale et le FMI, François Hollande a lancé une coalition pour une tarification du carbone ;
  • Dans le cadre d’une mission Innovation, 20 Etats, dont la France, se sont engagés à doubler leur budget de Recherche & Développement sur les Energies propres ;
  • François Hollande et le premier ministre indien Narendra Modi ont lancé l’Alliance solaire internationale, plateforme de coopération en faveur du partage de technologie sur l’énergie solaire.

Retrouvez en images et vidéo le discours de François Hollande :